Avis seringue nasale pour bébé : une pédiatre déconseille fortement cette méthode pour laver le nez

Le lavage du nez est un geste courant chez les nourrissons, souvent réalisé à l’aide de seringues nasales remplies de sérum physiologique. Pourtant, de plus en plus de pédiatres tirent la sonnette d’alarme sur les risques de cette pratique. Le Dr Camille Roussel, pédiatre réputée, nous explique pourquoi elle déconseille désormais l’usage des seringues nasales pour laver le nez des bébés, et nous présente des alternatives plus sûres et efficaces. Décryptage.

Les dangers méconnus des seringues nasales pour bébé

Contrairement aux idées reçues, utiliser une seringue nasale pour laver le nez de bébé n’est pas sans risque. « Beaucoup de parents pensent bien faire en nettoyant en profondeur les narines de leur enfant, mais en réalité, ils peuvent lui faire plus de mal que de bien », alerte le Dr Roussel. Le premier danger est lié à la pression du jet de sérum physiologique. « Si on appuie trop fort, le liquide peut refluer vers les oreilles et causer une otite », prévient la pédiatre. Un risque accru chez les nourrissons, dont les conduits auditifs sont encore immatures.

De plus, l’introduction répétée de l’embout dans les narines peut finir par les irriter, voire les blesser. « La muqueuse nasale du bébé est très fine et fragile. En insérant l’embout trop profondément ou de manière brusque, on peut créer de petites lésions qui fragilisent encore plus le nez », détaille le Dr Roussel. Cela peut entraîner une sensation d’inconfort pour le bébé, voire des saignements.

Une pratique qui peut perturber le système d’auto-nettoyage du nez

Autre problème soulevé par la pédiatre : le recours systématique aux seringues nasales peut créer un cercle vicieux. « À force de laver le nez en profondeur et fréquemment, on perturbe le système d’auto-nettoyage des voies respiratoires », explique-t-elle. En effet, le nez est naturellement équipé de micro-poils, appelés cils vibratiles, qui agissent comme de petits balais pour évacuer les sécrétions et impuretés vers l’extérieur. Un lavage intempestif risque de paralyser ces cils et donc de ralentir le nettoyage naturel du nez.

Résultat : les sécrétions s’accumulent encore plus vite, donnant l’impression qu’il faut laver le nez encore plus souvent. « C’est une sorte de dépendance au lavage de nez qui s’installe, et qui n’est pas du tout bénéfique pour le bébé », conclut le Dr Roussel. Le nez constamment irrité et privé de sa barrière protectrice naturelle devient alors plus vulnérable aux infections.

Les alternatives plus douces et sûres pour nettoyer le nez de bébé

Faut-il pour autant arrêter complètement de nettoyer le nez encombré de son bébé ? Non, rassure le Dr Roussel, mais il existe des méthodes bien moins risquées que les seringues nasales.

Le sérum physiologique en dosettes, la solution de choix

« Pour les nourrissons, je recommande d’utiliser du simple sérum physiologique en dosettes », conseille la pédiatre. Il suffit de coucher le bébé sur le côté, de lui instiller une demi-dosette dans chaque narine, et de le laisser éternuer. Pas besoin d’aller racler le nez en profondeur. « Le sérum va fluidifier les sécrétions et aider bébé à se moucher naturellement », détaille-t-elle.

Si besoin, on peut renouveler l’opération 2 à 3 fois par jour, surtout en période d’infection respiratoire. « Mais attention à ne pas en abuser non plus », tempère le Dr Roussel. Un excès de sérum physiologique risquerait là encore de perturber le fonctionnement normal du nez, en diluant excessivement le mucus protecteur.

Le mouche-bébé, un accessoire utile avec modération

Autre option : le mouche-bébé, cette petite pompe qui permet d’aspirer en douceur le nez du nourrisson. « C’est efficace en cas de nez très encombré, mais à utiliser ponctuellement », prévient la pédiatre. Là encore, mieux vaut éviter d’introduire trop profondément l’embout dans la narine, et ne pas aspirer avec trop de force pour ne pas léser la muqueuse.

« L’idéal est d’utiliser le mouche-bébé après avoir instillé du sérum physiologique, pour ramollir les sécrétions », ajoute le Dr Roussel. Ainsi, elles seront plus faciles à aspirer. Pensez à nettoyer soigneusement le mouche-bébé après chaque utilisation.

Apprendre à son enfant à se moucher : les bons réflexes

Dès que l’enfant grandit, vers 2-3 ans, il est temps de lui apprendre à se moucher seul, sans gadget. « On peut l’aider dans un premier temps, en lui montrant comment souffler par le nez dans un mouchoir », explique le Dr Roussel. Placez un mouchoir en papier contre son nez et demandez-lui d’expirer fort, avec la bouche fermée.

Progressivement, il saura le faire de manière autonome. Veillez à ce qu’il ait toujours un paquet de mouchoirs à portée de main, dans sa chambre ou son sac ! Mieux vaut privilégier les mouchoirs en papier, à usage unique, pour limiter le risque de prolifération des microbes. Apprenez aussi à votre enfant à se laver les mains après s’être mouché.

En cas de rhume persistant ou de sinusite, consulter un médecin

Si malgré un lavage de nez régulier au sérum physiologique, l’enfant reste très encombré pendant plus de 10 jours, mieux vaut consulter un médecin. « Cela peut être le signe d’un rhume qui traîne ou d’une sinusite », précise le Dr Roussel. D’autres symptômes doivent aussi alerter : fièvre, douleurs au niveau du nez ou du front, sécrétions très épaisses et colorées…

Le pédiatre pourra alors prescrire un traitement adapté, comme un spray nasal décongestionnant ou des antibiotiques si besoin. Il vérifiera aussi qu’il n’y a pas d’autre cause, comme une allergie ou une malformation de la cloison nasale. Dans tous les cas, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin si le nez de votre enfant vous préoccupe. Il saura vous guider vers les meilleures solutions, en fonction de l’âge et des symptômes.

FAQ

1. Pourquoi déconseille-t-on l’usage des seringues nasales pour laver le nez de bébé ?

Les seringues nasales présentent plusieurs risques pour le nez délicat du nourrisson : lésions de la muqueuse en cas de jet trop fort ou d’embout inséré trop profondément, perturbation du système d’auto-nettoyage, dépendance au lavage…

2. Quels sont les risques d’une pression trop forte du jet de sérum physiologique dans le nez ?

Si le jet de sérum est trop puissant, le liquide peut refluer vers les oreilles et causer une otite, surtout chez les bébés dont les conduits auditifs sont encore immatures.

3. L’embout de la seringue nasale peut-il blesser la muqueuse nasale du nourrisson ?

Oui, la muqueuse nasale du bébé est très fine et fragile. Un embout inséré trop profondément ou de manière brusque peut créer de petites lésions douloureuses.

4. Pourquoi un lavage de nez trop fréquent peut-il être contre-productif ?

À force de laver le nez en profondeur, on perturbe le système naturel d’auto-nettoyage du nez (cils vibratiles). Les sécrétions ont alors tendance à s’accumuler plus vite, créant un cercle vicieux.

5. Quelle est la meilleure façon de nettoyer le nez encombré d’un bébé ?

La méthode la plus douce est d’instiller du sérum physiologique en dosettes dans chaque narine, puis de laisser le bébé éternuer. Si besoin, on peut utiliser ponctuellement un mouche-bébé, sans trop insister.

6. À quel âge peut-on apprendre à un enfant à se moucher seul ?

Vers 2-3 ans, on peut guider l’enfant pour qu’il apprenne à se moucher dans un mouchoir en papier, en soufflant par le nez. Avec de la pratique, il saura le faire seul.

7. Dans quels cas faut-il consulter un médecin si le nez de l’enfant reste bouché ?

Consultez si le nez reste très encombré plus de 10 jours malgré les lavages, ou en cas de fièvre, douleurs, sécrétions colorées… Cela peut être un rhume persistant, une sinusite, une allergie…

8. Existe-t-il des sprays nasaux adaptés pour les nourrissons ?

Certains sprays de sérum physiologique sont destinés aux bébés, avec une brume très fine. Mais ils ne dispensent pas des autres méthodes de lavage (dosettes, mouche-bébé). Demandez conseil à votre pharmacien.

9. Comment bien utiliser un mouche-bébé sans risque ?

Insérez délicatement l’embout à l’entrée de la narine (sans forcer), puis aspirez doucement les sécrétions. Nettoyez bien l’appareil après chaque utilisation. L’idéal est de l’utiliser après un lavage au sérum physiologique.

10. Peut-on laver le nez de bébé avec de l’eau de mer plutôt que du sérum physiologique ?

L’eau de mer a sensiblement la même composition que le sérum physiologique. Vous pouvez l’utiliser, à condition qu’elle soit dédiée à un usage nasal (eau de mer filtrée et stérilisée en dosettes ou sprays).